11 artistes et 3 théoriciens de la République démocratique du Congo, de la Belgique, du Cameroun, de l’Autriche et de l’Allemagne se sont réunis pour créer une synergie artistique dans des contextes expérimentaux en mutation. Cette coopération transdisciplinaire est un dialogue entre la pratique et la théorie, la critique et l’art.

Jean Kamba

Jean Kamba vit et travaille à Kinshasa et est licencié en sciences de l’information et de la communication à l’Université Pédagogique Nationale de Kinshasa (UPN) et à la faculté des Lettres et Sciences humaines depuis 2012.

En_savoir_plus

Il travaille comme écrivain, poète, journaliste, et critique d’art, il est aussi assistant de recherche à l’Académie des Beaux-arts de Kinshasa. Il organise également des expositions indépendantes. En 2017, Jean Kamba est invité comme critique d’art par le Goethe Institut à la documenta de Kassel et d’Athènes. Il participe aussi à une résidence artistique autour de la collection de peintures populaires du Musée Royal d’Afrique Centrale (Tervuren) de Bruxelles. En 2018, il participe à l’exposition collective « Congo stars » au Kunsthaus de Graz et à la Kunsthalle de Tübingen. Il fait également partie de l’équipe de réalisation d’un fanzine dans le cadre de l’exposition de l’artiste allemand Wolfgang Tillmans au Musée de l’Art contemporain de l’Échangeur à Kinshasa. En 2019, Jean Kamba est intervenant dans « Laboratoire Kontempo », un projet expérimental d’interventions urbaines à Kinshasa, initié par le Duo Mukenge/Schellhammer et du symposium sur le design intitulé : « Spinning Triangles » (triangles tournoyants), organisé à Kinshasa par Savvy Contemporary dans le cadre du centenaire de l’école du Bauhaus.

Afficher_moins

Godelive Kasangati

Née à Goma, en 1996, cette artiste vit actuellement à Kinshasa. Elle est graduée (bac+3), en Arts plastiques, option peinture, à l’Académie des Beaux-arts de Kinshasa, où elle parachève, cette année, ses études dans la même filière.

En_savoir_plus

C’est en 2016 que Godelive a découvert la photographie, suivi de la réalisation en 2018. Sa participation au festival « Megacities short docs », en 2018, a accentué son goût de la réalisation d’où son premier court métrage intitulé Mayibobo. Godelive a pu bénéficier de plusieurs ateliers et expositions, sur la photographie et la vidéo, et a exposé ses photographies à la 12ème Rencontre de Bamako, en 2019.

Afficher_moins

Mukenge/Schellhammer

Le duo congolais/allemand Mukenge/Schellhammer (Christ Mukenge : Né à Kinshasa, en 1988, Lydia Schellhammer, né à Konstanz, en 1992) qui dirige ce projet est un cobaye pour la pensée et la pratique post-postcoloniale dans le Kinshasa d’aujourd’hui.

En_savoir_plus

En 2016, le duo a fondé le projet « Musée urbain » à Kinshasa, actuellement sous le titre « Laboratoire Kontempo », et qui se tient depuis lors chaque année. Depuis 2016, le duo travaille avec les groupes transnationaux Gintersdorfer/Klaßen et LaFleur, et il a participé à des projets tels que « Dialogue Direct Kinshasa – Berlin » à HAU2 Berlin, « L’humiliation n’est pas la fin du monde » pour le Skulptur Projekte de Münster et « Nana où est-ce que tu connais le baras » à MC93, Paris. En 2019, le duo a présenté l’exposition « Komplexé » à l’Institut Français de Kinshasa, a participé à l’exposition collective « Freiheit – Grenzenlos frei? » à la Galerie Noah d’Augsbourg et a joué « Ton exotisme est mon pain quotidien » à la Plateforme Contemporaine de Kinshasa. En 2020 le duo a était invité à l’Académie des Beaux Arts de Dresden pour un échange culturel, a était scénographe pour « Nana n’attrapes pas la variole » au théâtre de Bremen et a était curateur de l’exposition « Images populaires » entre Kinshasa et Erlangen.

Afficher_moins

Sinzo Aanza

Sinzo Aanza (né en 1990 à Goma, DR Congo) vit et travaille à Kinshasa en DR Congo. Il a exposé au WIELS à , Bruxelles, aux Rencontres de la Photographie d’Arles.

En_savoir_plus

C’est la qu’il était nominé en 2018 au Nouveau Prix Découverte – , au Museum Rietberg de Zurich, à la Biennale de Lubumbashi et à la Cité de l’Architecture et du Patrimoine de Paris. En 2017, il est en résidence au WIELS à Bruxelles où il conçoit la première partie de Projet d’attentat contre l’image?, dans lequel il aborde la question du syncrétisme religieux congolais.
Lors de sa résidence en 2019 au Museum Rietberg, il réalise le second acte de cette trilogie d’installations pour lequel il se penche d’un œil critique sur l’héritage de l’ethnologue Hans Himmelheber et des collections qu’il légua au musée. En 2018, a lieu sa première exposition Pertinences citoyennes dans la galerie Imane Farès à Paris.
En 2020-2021, il est le directeur artistique de la deuxième édition de la Biennale Yango qui se tient à Kinshasa.

Afficher_moins

Sorana Munsya

Sorana Munsya, d’origine congolaise et habitant à Bruxelles est curatrice, psychologue et psychothérapeute. Elle a également un Master en Coopération au développement de l’Université Catholique de Louvain-la-Neuve.

En_savoir_plus

Sorana Munsya a été assistante du directeur artistique de la 5ᵉ Biennale d’art contemporain de Lubumbashi organisée par le centre d’art Picha (fondé, entre autres, par Sammy Baloji) et a fait partie de l’équipe rédactionnelle de la revue d’art contemporain Afrikadaa. Elle a également été membre du collectif éponyme avec qui elle a organisé l’African Art Book Fair (Fiac, Art Basel) lors de la Biennale de Dakar en 2018. Lors de la Biennale de Dakar 2016, en collaboration avec l’IFAA ArtPlatform, elle a organisé une résidence d’artistes ainsi qu’une série de performances et d’expositions dans le quartier de la Medina de Dakar. En 2019, elle s’engage dans un travail d’échange et d’écriture avec l’artiste contemporain de renom, Pascale Marthine Tayou pour son exposition solo «Tornado» au musée d’art moderne et contemporain d’Ostende (Mu.ZEE). En 2019, elle collabore aussi comme commissaire d’exposition aux Rencontres Internationales de la Peinture de Ouagadougou. Elle écrit régulièrement des textes pour des catalogues d’expositions comme celui des Rencontres Photographiques de Bamako, de l’exposition Congoville (Musée Middleheim) ou encore pour le catalogue de l’exposition « Young Congo » organisée par le centre d’art Kin Artstudio ainsi que pour des revues d’art telles que H ART. Elle a aussi écrit des textes d’exposition d’artistes tels que Dome Wood et Guy Wouete. Actuellement, elle collabore également avec le magazine Vogue pour mettre en lumière des artistes photographes africains. Sorana Munsya se consacre au conseil et à l’accompagnement d’artistes africains.

Afficher_moins

Mega Mingiedi

Né en 1976, Mega Mingiedi Tunga est diplômé de l’Académie des Beaux-Arts de Kinshasa. Il a pu continuer ses études à la Haute école des Arts du Bas-Rhin, jumelée entre Strasbourg et Mulhouse.

En_savoir_plus

Cofondateur du collectif Eza Possible, il a participé à de nombreuses expositions et résidences de grande envergure dans divers pays, telles que les Scénographies Urbaines en 2006, la Biennale de Dakar Off en 2010, celle de Lubumbashi, etc. Il a à son actif une vingtaine d’années de vie professionnelle, baignant entre la sculpture, la performance, des installations et l’art graphique.

Afficher_moins

Sephora Mianda

Née, en 1999, à Kinshasa, Sephora Mianda détient depuis 2016 un diplôme d’état (baccalauréat), en section scientifique, option biologie. Elle vit et travaille dans sa ville natale. Elle est actuellement membre du collectif Bokutani Artistes Réunis qu’elle a pu découvrir auprès de l’artiste Géraldine Tobe.

En_savoir_plus

Elle s’intéresse au domaine de la photographie et à l’installation artistique, et elle a participé aux activités de son collectif, telles que Talkin, organisé à la Plateforme Contemporaine en 2018 à Kinshasa, et un atelier sur la photographie organisé à l’occasion de l’exposition individuelle de l’artiste Gosette Lubondo en 2020 à l’Institut Français de Kinshasa ou encore le projet Entre Elles, organisé au Texaf Bilembo, toujours à Kinshasa.

Afficher_moins

Prisca Tankwey

Prisca Tankwey est née en 1997 à Kinshasa, où elle est née et évolue au sein du collectif Laboratoir’Art. Elle a décroché en 2019 son sa licence (bac+5), à l’Académie des beaux-Arts de Kinshasa, en Arts Plastiques.

En_savoir_plus

Actuellement, elle est assistante chargée des cours au département de peinture dans cette même institution académique, tout en étant professionnellement active. C’est depuis 2015 qu’elle a commencé à s’essayer dans le monde professionnel. Elle a à son actif différentes expositions collectives et ateliers, au pays ainsi qu’ailleurs. Artiste multidisciplinaire : peintre, illustratrice, photographe, installatrice, sculptrice, etc. Prisca a participé, en 2020, à l’exposition « Retours à l’Afrique », à Bandjoun Station, au Cameroun.

Afficher_moins

Peter Miyalu

L’artiste Peter Miyalu vit et travaille à Kinshasa, où il est né en 2000. A présent, il fait ses études en communication visuelle, à l’Académie des Beaux-arts de Kinshasa, tout en participant à des ateliers et à diverses activités professionnelles touchant le cinéma et la photographie, à Kinshasa.

En_savoir_plus

Il a obtenu, en 2019, le 1ier prix du concours du Film de Poche du FFE, avec son film « La danse du matin », à Kinshasa. Il a aussi participé, en 2019, à l’exposition collective « Images en mouvement et créateurs en puissance » organisée par le collectif SADI, avec sa vidéo artistique « Utopie » au Centre Mont des Arts à Kinshasa.

Afficher_moins

Landry Mbassi

Landry Mbassi (né en 1979 au Cameroun) est curateur et critique d’art. Il a temporairement mis sa pratique artistitique (photographie, Installation-vidéo, film documentaire) de côté pour se consacrer pleinement à l’écriture et au commissariat.

En_savoir_plus

Ses recherches curatoriales portent essentiellement sur l’identité, la mémoire, la question de l’esthétique en Art contemporain sur le continent, l’urbanité, le rapport entre l’art et le marché, les mouvements migratoires, la question des diasporas Noires, (entre autres). Il est le Directeur artistique des RAVY (Rencontres d’arts visuels de Yaoundé) depuis 2018 et a été commissaire général du même événement depuis 2014. Il est également le directeur artistique de Douala Art Fair, la toute première foire d’art contemporain et de design de Douala dont la première édition s’est tenue en juin 2018 et a été choisi pour assurer le commissariat de la toute première édition du Ruinart Festiv’art, en octobre 2019. La même année, il est le commissaire invité de la 8eme édition de la RIAC (Rencontre internationale d’art contemporain) à Brazzaville. En tant que critique d’art, Landry a écrit pour IAM – Intense Art Magazine, Afrikadaa, SWAG et a été chroniqueur Arts visuels à Mosaïques, le magazine d’arts et de culture du Cameroun. Il vit entre Yaoundé et l’ailleurs.

Afficher_moins

Paulvi Ngimbi

Paulvi Ngimbi est un artiste congolais qui vit et travaille à Kinshasa. Née en 1997, Paulvi est actuellement en licence d’arts plastiques, option sculpture, à l’Académie des Beaux-Arts de cette même ville.

En_savoir_plus

Il est membre-cofondateur de Laboratoi’Art, une structure basée à Kinshasa et axée sur les pratiques de l’art contemporain. Artiste pluridisciplinaire, sculpteur, photographe, peintre, performeur et installateur, il a participé à différentes expositions collectives et ateliers dont « Focus : Inter-influence », à l’Académie des Beaux-Arts de Kinshasa, organisée par le collectif SADI en 2019; aussi « Images en mouvement et créateurs en puissance », à Kinshasa, organisée par le collectif SADI avec sa vidéo artistique « Résistance» au Centre Mont des Arts à Kinshasa.

Afficher_moins

Harmonie Eley

Actuellement étudiante en Musique classique à l’Institut National des Arts (INA) ; Harmonie vit et travaille à Kinshasa, ville où elle est née en 1996. Elle œuvre dans diverses disciplines artistiques dont : la danse, le slam, le cinéma, la musique, le maquillage et effets spéciaux.

En_savoir_plus

Diplôme d’Etat (baccalauréat) en 2016, option littéraire, elle a fait partie du groupe de danseurs professionnels Artcon crew compagnie,de 2017 jusqu’au mois de février 2020. Avec Etambaola Agency elle travaille sur le slam. En 2019, au festival de performeurs de Kinshasa, KinAct, elle a animé un atelier sur la danse, avec des enfants, et elle s’est lancée dans le domaine de la performance.

Afficher_moins

Elisabeth Tambwe

Née à Kinshasa (RDC) en 1971, Elisabeth Bakambamba Tambwe grandit en France et y poursuit des études artistiques. En 1998, elle obtient un Diplôme National d’Expression Plastique, pour son travail de sculpture, à l’école des Beaux-Arts de Tourcoing, en France.

En_savoir_plus

Son univers plastique, fortement marqué par les questionnements sur le corps et l’identité, mêlé à sa formation de danseuse contemporaine et sa pratique de la danse traditionnelle guinéenne, sénégalaise ou afro-cubaine, l’amène à fonder en 2005 la Cie Dixit, véritable laboratoire de recherche de création contemporaine où se croisent danse, arts plastiques et créations sonores. Mon cœur balance, solo dans lequel la chorégraphe se met en scène, est créé la même année. Aujourd’hui, elle vit et travaille en Autriche.

Afficher_moins